Les étapes traversées par la victime du PN/ manipulateur pathologique par Céline Valentin coaching

Petit partage ce soir sur un texte encore une fois très bien écrit par Céline Valentin Coaching, qui vous permettra de vous sentir comprise et de vous rendre compte que les émotions ressenties sont tout à fait normales :

Soyez indulgentes avec vous même et ne vous en voulez pas de mettre du temps à cicatriser, devenez enfin votre meilleure amie XOXO

 

LES ETAPES TRAVERSEES PAR LA VICTIME APRES LA RUPTURE AVEC UN MANIPULATEUR PATHOLOGIQUE (MPN) :

1- CONFUSION TOTALE/SOUFFRANCES AIGÜES

Après la rupture, la victime se retrouve dans un état d’anéantissement total, physique et psychique.
Fatiguée, déprimée, elle a perdu sa joie de vivre.
Elle est comme paralysée, elle ne parvient plus à entreprendre quoique ce soit.
Tout effort est insurmontable. Elle souffre d’aboulie.
Elle est confuse concernant ce qu’elle vient de vivre : elle se demande si elle est responsable, folle… elle doute.
Elle ne cesse de culpabiliser, et ressasse son histoire sans fin, en se demandant ce qu’elle aurait pu faire, pour que la relation fonctionne. Elle est “en boucle”.
Elle a été “conditionnée” pour prendre tous les torts à son compte.
Elle est obsédée par son Amour perdu.
Consciente d’avoir vécu l’enfer aux côtés de son compagnon (ou de sa compagne), elle “s’accroche” cependant, aux bons souvenirs, lorsqu’il était “gentil”.
Elle ne parvient pas à prendre de la distance. Elle est sous emprise, et ressent une grande dépendance à son bourreau.
Le manque, se fait sentir de manière terriblement cruelle et douloureuse.
La victime ressent la perte, comme une amputation d’elle-même.
Des douleurs physiques aigües, accompagnent souvent, les douleurs psychiques.
Le ressenti est d’une violence absolue.
La victime souffre du “MANQUE” comme un drogué, mais elle n’en a pas conscience, si elle n’est pas aidée par une personne initiée. Il est, en effet, inimaginable de penser qu’un être humain puisse être aussi toxique et dangereux.
C’est pourtant le cas, et il est important qu’elle le sache, afin de traverser l’épreuve, en comprenant ce qui lui arrive.

2- PRISE DE CONSCIENCE/CLARIFICATION

Raconter son histoire, va être douloureux, mais très libérateur.
Cette étape, permet à la victime de clarifier. Elle démêle l’écheveau dans lequel elle est empêtrée.
Elle a besoin d’être écoutée, et soutenue, avec bienveillance et sans jugement.
Elle a besoin de se sentir comprise.
Avec une aide appropriée, elle prend connaissance du processus dont elle a été victime. Elle se familiarise avec la notion d’EMPRISE, et le fonctionnement pervers narcissique.
A travers des lectures, ou un travail avec un spécialiste, elle fait le lien avec ce qu’elle a vécu.
Face à des exemples concrets, dont les similitudes avec son histoire, vont la stupéfier, elle se sent rassurée et réconfortée : elle n’est pas folle!
Elle commence à se sentir moins seule : d’autres ont vécu la même chose!

Elle prend conscience, que celui (ou celle), qu’elle a mis au centre de sa vie, qui ne cesse de se poser en référent du Bien et du Mal, et de la rendre responsable de tout ce qui ne va pas… n’est qu’un illusionniste.
L’homme (ou la femme), à l’image de perfection et d’infaillibilité, n’existe pas.
Elle est tombée dans un piège.
Assimiler, qu’une personne avec laquelle elle a partagé sa vie, pendant des années, puisse souffrir d’une psychopathologie, va prendre du temps.
D’autant que le PN a l’air normal, et que c’est elle , la victime, qui semble “perturbée”…
Le travail d’acceptation est long, et émaillé de réactions de repli, de colère, de déni : “non, non il n’est pas comme ça”… “lui n’est pas PN”…”ce n’est pas possible”…”je me trompe”.
Elle est bouleversée d’avoir pu être flouée, et victime d’une telle mystification, et est tentée de se battre, pour voir le préjudice reconnu par le Manipulateur. Elle espère qu’il va prendre conscience de sa cruauté. Or c’est impossible.
C’est un des symptômes de la psychopathologie.
Elle doit donc affronter la honte de sa propre naïveté… et renoncer à ce que le PN reconnaisse ses torts.
Elle ne sera reconnue comme victime, ni par son bourreau, ni par une partie de l’entourage, qui ne peut, ou ne veut, comprendre.
C’est difficilement acceptable, elle se sent à la fois révoltée et épuisée.

3- MISE EN PLACE DE MESURES NECESSAIRES

Pour se libérer réellement, il est nécessaire de couper TOUT CONTACT, lorsque cela est possible, ou de ne donner aucune prise à la manipulation, si communiquer est nécessaire.
Elle travaille sur sa nouvelle attitude, polie, ferme, calme, qui lui permet de désamorcer, les tentatives de déstabilisation habituelles du Manipulateur (qui tente de se nourrir encore de ses émotions, en la provoquant et la toumentant). Elle communique de manière factuelle et détachée.

CEPENDANT, la compréhension du fonctionnement pervers narcissique, ne concorde pas avec le détachement affectif de la victime envers son bourreau.
Ce point est essentiel, et explique les “rechutes” possibles.

Elle lutte contre elle-même… Relire inlassablement les ouvrages consacrés au sujet, ou être soutenue par un psy ou un coach initié, pour résister, et s’attacher à une ligne de conduite nécessaire à la sortie de l’emprise, est très aidant.
Y échapper, est un travail de longue haleine… surtout si le Prédateur s’accroche à sa Proie.
Elle sera donc, longtemps fragilisée et vulnérable.
Il s’agit d’inciter la victime à être très ferme, à la soutenir, à l’encourager, à lui rappeler le processus : le Pervers Narcissique, même s’il promet “monts et merveilles”, ne change jamais, et il n’a ni remords, ni empathie !

4- LE BROUILLARD SE DISSIPE …

La victime, forte de ses connaissances nouvelles, pose un regard différent sur son Tourmenteur. La compréhension des mécanismes qu’il a mis en place (mensonges, déni, intimidation, menaces, inversions….), lui permet de faire des liens avec les situations qu’elle a vécues : les moments de conflit, de stress, de peur, de culpabilité, vécus dans un brouillard opaque pendant la relation, s’éclairent à la lumière de ces nouveaux acquis.
La Vérité, et la Réalité, la frappent de plein fouet.
Et les pièces d’un puzzle, impossible à faire auparavant, se mettent, enfin, en place.
Elle doit faire face à cette escroquerie généralisée, venant de l’homme qu’elle a “aimé”, et en qui elle a placé sa confiance, pendant des années.
Pour la victime, une personne toujours sincère, sensible, et éprise de justice, cela va être très douloureux.
Elle ressent de la tristesse, de l’écoeurement, de la colère.
Elle est souvent, stupéfaite et blessée de constater que “l’Autre”, a retrouvé une Proie quelques semaines, ou à peine quelques mois après la rupture, et cela confirme tout ce qu’elle a appris sur le profil PN.

La victime a subi un véritable traumatisme, dont certaines séquelles vont mettre beaucoup de temps à disparaître : il pourra lui être difficile, voire impossible, de se rendre sur certains lieux, regarder des photos, lire des courriers pendant des mois, parfois des années…

5- L’AFFIRMATION DE SOI REDEVIENT POSSIBLE

La victime a changé, elle se sent plus consciente, et clairvoyante. Elle apprend progressivement, à défendre son intègrité, et à poser des limites.
Elle a regagné en confiance, mais elle reste méfiante, et parfois encore très triste.
Cependant, elle se sent de plus en plus libre, libérée, et elle retrouve peu à peu son entrain, sa joie de vivre, l’envie de faire des projets.
La dépendance au Manipulateur, a été tellement forte, qu’elle a besoin, de devenir autonome. Elle a été infantilisée, et agit comme un prisonnier libéré : elle avance pas à pas, et n’est pas encore très assurée. Elle jouit de pouvoir respirer à nouveau, de ne plus ressentir de pression permanente.
Elle recommence à décider pour elle-même.

Travailler sur ses failles, afin de comprendre quelles interactions ont pu se mettre en place, et permettre à la relation de perdurer, va lui permettre de mieux se connaître. Il s’agit pour la victime, de prendre conscience de ses fragilités, celles qui ont permis au Prédateur de la choisir comme Proie, et de planter ses griffes.
La victime qui prend conscience de sa participation inconsciente au processus, devient plus clairvoyante, plus vigilante, et mieux armée pour le futur.
Cela lui permet de mieux se connaître, et d’éviter de tomber dans les mêmes pièges.
Elle peut travailler, lors de cette étape, sur son estime d’elle-même, et sa confiance, afin de se “renforcer”.
Peu à peu, la victime, autrefois, joyeuse, créative, et pleine de vie, retrouve ces caractéristiques, et renaît à la vie.

CONCLUSION

Une victime de pervers narcissique qui a traversé, et dépassé, ces principales étapes nécessaires au deuil de la relation, a gagné en assurance.
Elle a profondément changé, mais elle est apaisée et s’est reconnectée aux valeurs qui donnent du sens à sa vie.
Si elle a perdu sa naïveté, elle a appris à poser des limites fermes, lorsque nécessaire.
Elle ne tolère plus le manque de respect, ni les tentatives de manipulation diverses.
Elle a parfois l’impression qu’il lui sera difficile d’aimer à nouveau, et elle ressent encore longtemps après la rupture, que ses “sentiments” sont anesthésiés.

Ses blessures cicatrisent progressivement, et elle développe désormais une tranquille affirmation de soi.
Elle constate que cette nouvelle manière d’être, change son rapport aux autres, et éloigne naturellement les Vampires.

D’après la super page Facebook : https://www.facebook.com/CelineValentinCoaching/posts/1622058514690226

Publicités

Publié par

MILA.K

Bien-être / pensée positive /développement personnel en route pour une relation saine avec soi-même et les autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s