LE NARCISSIQUE DESTRUCTEUR, CET ILLUSIONNISTE DONT L’EMPRISE PEUT S’AVÉRER MORTELLE.

LE NARCISSIQUE DESTRUCTEUR, CET ILLUSIONNISTE DONT L’EMPRISE PEUT S’AVÉRER MORTELLE.

par Céline Valentin Coaching 

Depuis quelques semaines, les noms de personnalités qui ont abusé de leur pouvoir, pullulent dans les médias.
C’est une bonne chose : il faut que les langues se délient et que les yeux s’ouvrent, pour pouvoir faire de la lutte contre la VIOLENCE PSYCHOLOGIQUE une véritable cause.
Cette actualité illustre la notion d’EMPRISE, celle qu’ont de nombreux prédateurs sur des personnes sur lesquelles ils ont un ascendant.
L’emprise concerne aussi des conjoints anonymes ou non, au sein de leur couple.

J’ai choisi de vous parler brièvement de Bertrant Cantat, le chanteur de Noir Désir.
Il est loin d’être le seul à être concerné par la destruction de personnes qui ont été sous son emprise. Cependant, son cas est remarquable en raison de la mort d’une des ses victimes, et d’une actualité très récente qui illustre son narcissisme malade.

LE CHANTEUR DE NOIR DESIR, OU UN NOM PRÉDESTINÉ :

Le profil psychologique de Bertrand Cantat m’est apparu évident il y a quelques années, lors du suicide de Krisztina Rady, sa compagne et mère de ses enfants.

RAPPEL :
Krisztina Rady a été plusieurs années en couple avec le chanteur, jusqu’à ce qu’il l’abandonne pour l’actrice Marie Trintignant.
Lors du procès dr Cantat pour le meurtre de Marie T, Krisztina R a prétendu qu’il n’avait jamais été été violent avec elle, alors que c’état faux.
Elle en avait fait les frais avant d’être abandonnée par son compagnon qui lui avait préféré l’actrice.

Largement sous emprise, elle a, en agissant de la sorte, espéré réduire la peine de « son homme », et le récupérer assagi, aimant, et reconnaissant à sa sortie de prison.

Or une personnalité narcissique destructrice ne change jamais.

Lorsqu’il retourne avec une ex-victime, le narcissique destructeur reprend les maltraitances là où il les a laissées.
Il n’a ni conscience, ni empathie, et tout lui est dû.

Bertrand Cantat et Krisztina Rady ont repris la vie commune, et le chanteur s’est remis à souffler le chaud et le froid, alternant crises de jalousies, brutalités, indifférence et mépris.

Krisztina en est morte : elle s’est pendue dans le grenier de leur maison.

L’EMPRISE :

L’exemple de Krisztina R illustre non seulement le phénomène d’emprise et sa dangerosité pour la victime, mais aussi le fait que cette aliénation ne concerne pas les faibles d’esprit : Krisztina était pleine de vie, intelligente, et très cultivée.
La victime du pervers narcissique n’a rien d’une idiote docile…

Comme de nombreux(ses) autres, Krisztina est tombée dans le piège de ce profil psychologique impitoyable.
C’est pourquoi, dès qu’une proie commence à comprendre les mécanismes délétères auxquels elle est soumise, il est vital qu’elle mobilise tout ce qui lui reste d’énergie (…) pour échapper à ce fonctionnement.

L’ILLUSION :

Lorsque Cantat a été remis en liberté conditionnelle, le juge qui a pris cette décision, Philippe Laflaquière, a évoqué un « homme à l’apparence juvénile, réservé, fragile, rongé par la culpabilité, et plongé dans une souffrance inextinguible depuis une certaine nuit de juillet 2003, une prison intérieure dont aucun juge ne pourra le libérer. »(…)

En voilà un qui s’est bien fait berner par le manipulateur!

Ces profils sont de magnifiques imposteurs, qui le plus souvent, parviennent à convaincre les autres qu’ils « sont » le personnage dont ils cultivent maladivement l’image !

Or, leur manque d’empathie leur fait parfois commettre des erreurs d’appréciation, qui laissent transparaître leur vrai visage.

DES PRÉDATEURS QUI SE DÉMASQUENT PARFOIS :

En octobre dernier, le chanteur de Noir Désir était en couverture du magazine les Inrockuptibles.

->Connaissez beaucoup d’hommes soi-disant « rongés par la culpabilité », qui acceptent de faire la Une d’un magazine?!

Son personnage d’artiste romantique et maudit, « plongé dans une souffrance inextinguible », n’est pas crédible face à une telle erreur de discernement !

Cette exposition médiatique déplacée, illustre sa soif d’adulation.
Il s’agit de ce qu’on appelle une TRANSGRESSION, un comportement qu’un simple névrosé se refuserait d’adopter, en raison des limites qu’il se pose.

Or, le chanteur a un narcissisme perturbé : il veut être vu, approuvé et désiré.
Peu importe le ressenti des familles des victimes.
Son besoin d’être admiré, lui a fait perdre toute prudence : il a laissé transparaitre son ABSENCE D’EMPATHIE.

La folie cachée qui l’occupe, lui fait imaginer que rien n’a changé, et qu’il est, pour toujours, une icône.

C’est un DÉNI de réalité, car les choses ont changé : deux femmes sont mortes.

Il a « payé sa dette » argueront certains.

Qu’en pensent les quatre enfants de Marie T ?
Comment, ceux qu’il a eus avec Kristina R, vont-ils se construire ?

OUVRIR LES YEUX, DÉNONCER, LUTTER.

Deux des compagnes de Cantat sont mortes de morts violentes.
Il ne s’agit pas d’un « hasard », il ne s’agit pas de deux malheureux « accidents ».
Le manque de dignité du chanteur n’est pas un « hasard » non plus, et son comportement illustre son trouble profond.

Ces dernières semaines, de nombreux prédateurs ont été démasqués.
Depuis quelques années, les langues se délient concernant de nombreuses personnalités de la photo, de la mode, du cinéma, de la politique… qui ont eu des comportements abusifs et destructeurs.
Des prédateurs qui envisagent les autres (adultes, adolescents et enfants…) commes des objets et non des sujets.
Socialement, ils sont extrêmement bien intégrés. Ils sont rarement démasqués.
Par rapport au prédateur « anonyme », leur notoriété et leur pouvoir les a protégés plus encore.

Heureusement ce temps semble révolu, et les langues se délient.
Leur notoriété va aujourd’hui servir les victimes, puisqu’on en parle.
Enfin.

Il est temps de cesser toute complaisance avec ces manipulateurs destructeurs connus/riches/puissants, qui parviennent à annihiler la capacité à s’opposer de leurs proies, et à cultiver une image très éloignée de ce qu’ils sont en réalité.

Il est temps d’ouvrir les yeux sur tous les « monsieur et madame parfaits », qui à huis clos dominent, terrorisent et détruisent leurs proches.

Tenons-nous en au faits, et non au décorum : ces personnalités pensent que leur(s) conjoint(s), ainsi que tous ceux qui ont eu le malheur de tomber sous leur emprise, sont des « possessions » qu’ils peuvent utiliser, maltraiter et jeter.
Des « choses » dont ils disposent à leur guise.

Leurs abus sont toujours commis sur des personnes sur lesquelles ils ont un ascendant, et leurs « meurtres », consistent en général à détruire l’autre psychiquement.

Cependant, même lorsque leurs proies succombent, ils parviennent, comme B Cantat, à se faire passer pour des victimes repentantes qui ont eu « un moment d’égarement ».
Or il n’en est rien.
Les morts de Marie T et de Kristina R démontrent, que proie après proie, d’une manière ou d’une autre, le chanteur a, comme de nombreux autres destructeurs anonymes, continué à sévir.

Ils sont nombreux à semer les ténèbres, la mort psychique ou physique sur leur passage.
J’ai recueilli de nombreux témoignages d’anonymes, qui ont vu un prédateur pousser au suicide, non seulement un proche, mais plusieurs autres proies…sans que le coupable en soit inquiété.
Tant que les mains demeurent « propres », la justice ne fait rien.
Elle ne peut rien faire : il lui faut des preuves tangibles pour condamner. Cela doit changer.

Ce que à quoi nous assistons depuis quelques semaines dans les médias, nous le montre que trop clairement : les victimes de harcèlement, de violences psychologiques, et d’abus en tous genres, sont très (très) nombreuses.

Observons avec plus d’intelligence et d’acuité, les situations dans leur globalité , cessons de penser que les apparences sont la réalité, et enseignons à nos enfants le respect et l’estime d’eux-mêmes.
Il faut beaucoup de courage et d’amour de soi, pour oser s’opposer à plus « fort », plus « vieux », plus « puissant »…

L’education est probablement le meilleur moyen de lutter à moyen terme contre ces prédateurs : en mettant à mal leur fonctionnement.
En apprenant à nos enfants à résister, à dire « non », à ne pas respecter l’argent, le pouvoir, les apparences, mais des valeurs plus profondes, il est possible de lutter contre ce fléau de notre société moderne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s